Faire jouer ses salariés ? Le jeu de rôle, une technique innovante

Aujourd’hui, les serious-games, et plus généralement la gamification (ou ludification), font naître de nombreux débats en entreprise. Parallèlement, l’intérêt du jeu dans le monde du travail est de plus en reconnu. Pour exemple, une équipe internationale a montré des retombées positives du jeu pour le leadership et la formation1. Si la gamification s’inspire le plus souvent des mini-jeux, d’autres techniques plus poussées commencent à voir le jour. Celles basées sur les jeux de rôle nous apparaissent particulièrement prometteuses.

Gamification (ou ludification) : Transfert des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, comme le management ou la formation (Wikipédia).

Jeu de rôleUne technique qui fait ses preuves

Si le jeu de rôle (JdR) est souvent connu sous sa forme purement récréative (jeux de rôle sur table, jeux vidéo de rôle, …), il est depuis longtemps utilisé dans d’autres domaines, comme la psychothérapie ou la formation (simulation de vol pour les pilotes, par exemple). Aujourd’hui, ses utilisations s’étendent et dévoilent des apports très intéressants pour les entreprises (détaillés dans le prochain paragraphe).

Jeu de rôle (JdR, ou RPG pour role-playing game) : Activité ludique où chaque participant interprète un personnage et participe à la création d’une fiction collective (FFJDR).

En effet, depuis quelques années, les études se multiplient sur le JdR et montrent des retombées positives dans plusieurs domaines. Concernant la formation, une équipe de chercheurs grecs a proposé que le JdR en ligne contribue à un meilleur apprentissage. Il a notamment facilité la coopération entre apprenants2. De manière plus spécifique, des techniques similaires ont été utilisées avec succès pour la formation d’architectes3 et l’entrainement d’infirmières4.

Si la formation reste un thème fréquent, ajoutons que le JdR a aussi fait ses preuves dans le domaine de la communication publique. Des chercheurs américains ont ainsi utilisé un JdR en ligne pour sensibiliser au dérèglement climatique5. En jouant, les participants voyaient les conséquences de leurs choix sur différents indicateurs, comme les émissions de CO2 ou le prix de l’énergie. Les résultats ont montré que les participants comprenaient mieux les mécanismes du changement climatique et l’impact des politiques environnementales. Mais d’autres apports, davantage centrés sur les entreprises, voient le jour.

Des apports multiples pour l’entreprise

Il découle de la recherche que le JdR a de multiples intérêts pour les entreprises, notamment dans la formation, mais également dans la coopération entre parties prenantes et le management d’équipe.

Le management d’équipe

Le management d’équipe semble tout indiqué pour le JdR. En effet, il s’incarne le plus souvent comme une activité très focalisée sur la coopération, les joueurs devant faire équipe pour vaincre le jeu. En cela, le JdR montre beaucoup de potentiel pour améliorer la cohésion de l’équipe. Notamment, il devient intéressant lors de la création de l’équipe, afin d’établir d’emblée des liens entre ses membres, ceux-ci ne se connaissant pas encore. De plus, l’aspect ludique du JdR est à même de générer une ambiance positive au sein de l’équipe.

La formation

La gamification, et notamment les serious games, ont montré leur efficacité pour la formation des salariés. Le JdR en incarne une forme plus poussée, en se présentant comme une simulation d’une situation réelle. Il s’écarte donc des serious games en questions-réponses et favorise la mise en pratique. De plus, le JdR incorpore une dimension interpersonnelle, puisqu’il peut être utilisé à plusieurs, le plus souvent de manière collaborative. En cela, il présente un fort intérêt dans le développement de la coopération entre apprenants, mais également une meilleure compréhension du facteur social dans la situation qu’il simule.

La coopération entre parties prenantes

Une utilisation originale du JdR a été menée avec succès par des chercheurs français6. Concernant la gestion de l’eau, elle a permis une meilleure communication entre les parties prenantes, pourtant très diverses. De manière générale, cette idée devient intéressante pour favoriser la coopération entre parties prenantes. Notamment, elle peut prendre la forme d’une aide à la négociation, comme l’a d’ailleurs fait une équipe américaine7.

Conclusion

De plus en plus utilisé hors du domaine ludique, le JdR est l’objet d’intérêts croissants pour son application au monde de l’entreprise. Sa richesse et sa flexibilité en font une technique prometteuse, applicable dans de multiples domaines, comme le management, la formation ou encore l’aide à la négociation. Une affaire à suivre !

Références

  1. Xanthopoulou, D., & Papagiannidis, S. (2012). Play online, work better? Examining the spillover of active learning and transformational leadership. Technological Forecasting and Social Change, 79(7), 1328-1339.
  2. Paraskeva, F., Mysirlaki, S., & Papagianni, A. (2010). Multiplayer online games as educational tools: Facing new challenges in learning. Computers & Education, 54(2), 498-505.
  3. Montenegro, C. H., & Astudillo, H. (2014, October). A role-playing game to teach ATAM (Architecture Trade-off Analysis Method) a simulation tool and case study. In ANDESCON, 2014 IEEE (pp. 1-1). IEEE.
  4. Soares, A. N., Gazzinelli, M. F., Souza, V. D., & Araújo, L. H. L. (2015). The Role Playing Game (RPG) as a pedagogical strategy in the training of the nurse: an experience report on the creation of a game. Texto & Contexto-Enfermagem, 24(2), 600-608.
  5. Rooney-varga, J. N., Franck, T., Jones, A., Sterman, J., & Sawin, E. (2013, December). Merging Energy Policy Decision Support, Education, and Communication: The’World Energy’Simulation Role-Playing Game. In AGU Fall Meeting Abstracts (Vol. 1, p. 07).
  6. Souchère, V., Millair, L., Echeverria, J., Bousquet, F., Le Page, C., & Etienne, M. (2010). Co-constructing with stakeholders a role-playing game to initiate collective management of erosive runoff risks at the watershed scale. Environmental Modelling & Software, 25(11), 1359-1370.
  7. Sterman, J., Franck, T., Fiddaman, T., Jones, A., McCauley, S., Rice, P., & Rooney-Varga, J. N. (2014). World Climate: A role-play simulation of climate negotiations. Simulation & Gaming, 1046878113514935.

Répondre à 7 outils gratuits pour bien organiser son travail - LaborAgora Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>