Donnons-nous les moyens de l’inclusion – une (très) brève synthèse du rapport BORELLO

Le très récent rapport remis à Mme Pénicaud, ministre du travail, présente un intérêt tout particulier en ce sens qu’il semble vouloir changer radicalement l’approche collective que nous avons de la privation d’emploi. En effet, son angle d’analyse repose clairement plus sur une responsabilité collective, et non plus individuelle, qui incombait auparavant, au travers d’un discours très largement répondu, aux seuls chômeurs. Cela s’illustre par un changement de dialectique tout à fait nouveau à ce stade.

L’objet de cet article est de présenter, dans les grandes lignes, les points que nous avons jugés essentiels, en soulignant en quoi ce rapport est porteur d’intérêt.

Tout le monde est employable.

En liminaire, le texte souligne que le regain de croissance que connaît la France depuis peu bénéficiera d’abord aux personnes les moins éloignés de l’emploi. Ceux qui en sont les plus éloignés ne verront donc pas d’effets bénéfiques dans leur quotidien, au moins à court terme. C’est donc à la nation, car « l’emploi est une responsabilité collective », qu’il incombe de permettre à ce que ces personnes ne soient pas, une nouvelle fois, laissés pour compte et ainsi lutter contre l’effet d’hystérèse du chômage (maintien d’un niveau de chômage semblable à celui qui était en période de crise, alors que la croissance est retrouvée). L’auteur accentue l’importance du changement de phraséologie et de regard que nous devons tous avoir, à commencer par la puissance publique (par le biais, notamment, des intitulés donnés aux différents dispositifs) à l’égard des demandeurs d’emploi, en particulier ceux dits de « longue durée ».

L’idée clef qu’assène le rapport BOLLERO est de dire que tout le monde est employable. Par conséquent, le concept même d’employabilité est caduque et pis encore, susceptible d’être porteur de discrimination pour les personnes concernées. En effet, comment reprocher à quelqu’un son « manque d’employabilité », lui faire porter toute la responsabilité de son chômage, sans même considérer tous les autres facteurs qui impactent l’emploi sur un territoire : l’appareil de formation, les transports, le dynamisme local, et – c’est là, à notre avis qui se situe la révolution dialectique du rapport – l’employeur-abilité des entreprises. Souligner le fait que trop d’entreprises ne savent pas (comment) recruter, ou sont trop frileuses ou sont en quête du « mouton à cinq pattes », permet de déplacer le focus sur des acteurs économiques qui habituellement bénéficient d’un discours parfois trop louangeur sur de leur contribution à l’emploi. Rien n’est moins simple dans la réalité ! L’accompagnement des entreprises est ainsi placé au centre du problème de l’accès à l’emploi. Deux propositions conjointes sont faites en ce sens. D’un côté une obligation d’embauche de demandeurs d’emploi de longue durée. De l’autre côté, cette obligation serait accompagnée par un mécanisme de bonus-malus qui pourrait forcer les entreprises (sous conditions) à recruter des demandeurs d’emploi de longue durée. Ce mécanisme devrait permettre, grâce à la taxe récoltée, de financer les contrats aidés et de mettre un terme à ce que les auteurs qualifient de « report de responsabilités sur les dispositifs publics » de la part des entreprises qui, parfois par préjugés, ne recrutent pas ces publics et laissent donc toute la responsabilité sociale et les coûts à la puissance publique.

Cependant, l’accent mis l’employeur-abilité ne doit pas effacer la construction insidieuse de préjugés qui s’est faite au sujet des demandeurs d’emploi.

La valeur des mots

Nous l’évoquions en début d’article, le rapport s’efforce de souligner l’importance des mots pour désigner des groupes de personnes ou des dispositifs. En jetant au bagne les discours fallacieux, soit trop empathique, soit trop infantilisants, qui sont faits au sujet des demandeurs d’emploi ; il insiste sur ce qu’il appelle les « signaux négatifs » que peuvent renvoyer certaines appellations de dispositifs : emplois aidés, travaux d’utilité collective, emplois jeunes, le vocable « insertion ». Le choix des mots peut, malgré la souvent louable idée qu’il signifie, contribuer à la stigmatisation d’une frange de la population et par-là renforcer des stéréotypes et « fournir une identité collective à ce qui n’était au départ d’un agrégat d’individus ».

Deux autres idées sont développés ensuite. D’une part, la poursuivre du développement de l’expérimentation « Territoires zéro chômeurs », et ensuite la promotion de la logique d’investissement social.

Social : de la dette à l’investissement.

Pour résorber la « dette sociale » de la nation vis-à-vis de ses millions de chômeurs, il importe de moins raisonner en termes de coûts qu’en termes d’investissements. Diverses initiatives, fiancées sur les deniers publics, comme l’expérimentation « Territoires Zéro Chômeurs », qui, d’après le texte, montre déjà des bénéfices en termes de coopération entre les acteurs locaux, peuvent apporter des bénéfices sur investissement à long terme et finalement s’avérer bénéfiques pour les finances publiques, bien que le rapport bénéfices-coûts soit difficilement chiffrable à ce jour. La montée en charge de l’expérimentation « Territoires Zéro Chômeurs » permettra d’apporter des réponses en évaluant des éléments de preuve sur, entre autres, le coût macroécnomique de la privation d’emploi et le bénéfice de l’orientation des dépenses de crédits évitées vers d’autres initiatives publiques.

Un résumé en recommandations.

Les quatre premières recommandations (sur dix-neuf) du rapport BORELLO qui ont fait l’objet de cet article :

RECOMMANDATION 1 – Développer « l’employeur-abilité » – la capacité à employer – comme critère de sélection dans l’aide à l’emploi, et envisager une obligation d’embauche des chômeurs de longue durée, et un bonus-malus pour généraliser la prise en compte de « l’employeur-abilité »

RECOMMANDATION 2 – Envisager une « étude de signal » comme il existe des études d’impact : veiller lors de la conception des dispositifs d’aide à l’emploi, à insister sur leur continuité avec le droit commun, et non sur leurs différences, pour éviter un effet stigmatisant

RECOMMANDATION 3 – Amplifier l’expérimentation « Territoires Zéro Chômeurs », et constituer un accélérateur de l’innovation sociale

RECOMMANDATION 4 – Confier à un groupe de travail inter-administrations la mise au point d’outils d’aide à la décision fondés sur la logique d’investissement social, pour faire évoluer l’évaluation des dépenses sociales, notamment d’accès et de retour à l’emploi

* cet article constitue une première partie d’autres articles à venir sur le sujet.

 Lien vers le rapport :

http://travail-emploi.gouv.fr/ministere/documentation-et-publications-officielles/rapports/article/rapport-donnons-nous-les-moyens-de-l-inclusion


Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, function 'limit_diplayed_tags' not found or invalid function name in /home/laboragoxu/www/wp-includes/class-wp-hook.php on line 286

Warning: join(): Invalid arguments passed in /home/laboragoxu/www/wp-includes/category-template.php on line 1256

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *